« Je redoute trois journaux plus que 100 000 baïonnettes », disait Napoléon. Cette citation montre le pouvoir que peut représenter la presse, plus redoutable que Bonaparte en personne. C’est pour la soutenir que l’Association francophone de journalisme au Liban (AFEJ) continue d’œuvrer, afin que la presse jadis si glorieuse ne périclite pas. L’AFEJ et l’Agence universitaire de la francophonie...

يمكنكم الاطلاع على المقال المطلوب وأرشيف يصل إلى عشرة أعوام من "السفير" عبر تسجيل الدخول أو الانتساب الى أسرة "السفير"