Je ne sais ce qui m’a poussé à écrire, une photo, une voix, une odeur. Souvent l’enfant suit une ombre ou un parfum qui l’attire, malicieusement innocent, vers les choses qu’il ignore, et à l’égard desquelles ses sentiments se transforment pour ressembler à l’amour.

Je me suis ainsi vu en train d’écrire, pour une raison que j’ai oubliée, car j’ai une mauvaise mémoire ;...

يمكنكم الاطلاع على المقال المطلوب وأرشيف يصل إلى عشرة أعوام من "السفير" عبر تسجيل الدخول أو الانتساب الى أسرة "السفير"