Est-il possible qu’à cause d’une crise financière cesse de paraître As-Safir, lui que n’ont arrêté ni les bombes, ni les invasions ni les assassinats, depuis son lancement il y a quarante-deux ans ? Malgré l’occupation sioniste de 1982 et le blocus sanglant de Beyrouth, il a paru, et parmi ses titres demeure ce slogan immortel : « Beyrouth brûle mais ne hisse pas les drapeaux...

يمكنكم الاطلاع على المقال المطلوب وأرشيف يصل إلى عشرة أعوام من "السفير" عبر تسجيل الدخول أو الانتساب الى أسرة "السفير"