Le 30 octobre dernier, une « table ronde à huis clos » a été organisée par le Centre libanais d’études politiques (LCPS), en collaboration avec le conseil d’administration du secteur pétrolier ; cette réunion portait sur « la transparence et la gouvernance dans l’industrie pétrolière et gazière ». Il est étrange que certains organisateurs aient insisté pour que les...

يمكنكم الاطلاع على المقال المطلوب وأرشيف يصل إلى عشرة أعوام من "السفير" عبر تسجيل الدخول أو الانتساب الى أسرة "السفير"