Un quart de siècle après l’accord de Taëf, conclu au terme d’une guerre civile, arabe et internationale de quinze ans, et considéré comme l’épilogue d’un conflit portant sur le statut des confessions religieuses dans le système politique, la nostalgie reste forte d’un Etat qui conférerait tout pouvoir aux chrétiens et, plus précisément, aux maronites, se contentant d’amadouer les...

يمكنكم الاطلاع على المقال المطلوب وأرشيف يصل إلى عشرة أعوام من "السفير" عبر تسجيل الدخول أو الانتساب الى أسرة "السفير"