Bien que Donald Trump ait qualifié l’Arabie Saoudite de « vache à lait », les régimes arabes entrevoient déjà les résultats positifs de la victoire de Trump. Le plus notoire de ces résultats, c’est que le capitalisme aveugle a définitivement vaincu la foi et les idéaux de changement pour un avenir plus humain. Cela signifie que le nouveau Président américain est leur « héros » et « le protecteur de leur futur », rempart contre le « prolétariat », la « racaille » que représentent à leurs yeux les masses appauvries. D’autant que ce même Donald Trump a été capable de bénéficier des votes des pauvres contre leurs propres intérêts par son discours démagogique. Certains gouvernants arabes roulant sur l’or ont même probablement ressenti quelque « affinité » avec ce milliardaire qui a édifié son immense fortune sur la spéculation immobilière : c’est que, comme lui, ils sont infiniment plus riches que leur peuple, ils constituent de fait le gratin des personnes les plus riches du monde, et peu importe que leurs « sujets » dégringolent toujours plus bas dans l’échelle sociale.

Des questions légitimes se posent dans ce contexte :

Le capital a-t-il vaincu, une fois pour toutes, les autres visions du monde, et en particulier les idées marxistes et socialistes, tendues vers une évolution plus positive et équitable ? La voie est-elle désormais grande ouverte, au niveau mondial, pour un système capitaliste hostile à l’être humain ? Le résultat des élections présidentielles américaines annonce-t-il un nouveau monde totalement différent de celui que nous avons connu ? L’époque qui bouillonnait d’idéaux, de pensées lumineuses et de visions progressistes est-elle terminée, et le capitalisme sauvage a-t-il, avec la bureaucratie, et sans un effort extraordinaire, triomphé de tout cela ?