Quand Saad Hariri est monté à la tribune de la Maison du Centre, pour déclarer haut et fort qu’il apportait son soutien au candidat à la présidence de la République Michel Aoun, c’était en présence de pléthore de furieux fortement opposés à cette décision, considérant qu’il soutenait ainsi « l’ennemi historique, existentiel et sempiternel », situé à...

يمكنكم الاطلاع على المقال المطلوب وأرشيف يصل إلى عشرة أعوام من "السفير" عبر تسجيل الدخول أو الانتساب الى أسرة "السفير"