Ce dimanche matin une voix m’a saisie, surgie des ondes de France Musique ; c’était Oum Kalthoum qui de son chant si singulier m’empoignait soudain le cœur, comme si un monde englouti cherchait émergence, vibrant de réminiscences, « mon » monde arabe si joyeusement parcouru, si généreux à mon égard qu’il m’a offert mes amours, et parmi mes plus belles...

يمكنكم الاطلاع على المقال المطلوب وأرشيف يصل إلى عشرة أعوام من "السفير" عبر تسجيل الدخول أو الانتساب الى أسرة "السفير"