Sabreen détestait visiter les prisons, surtout en terre d’Arabie. La nature de son travail humanitaire l’obligeait pourtant à le faire. Une prison arabe, en réalité, c’est presque un non-lieu. Les détenus ont un regard vide, pas même haineux, parce que déserté par la vie.  Des yeux comme deux trous. Sabreen se croyait descendue au royaume des morts.

Lors de sa dernière visite, alors qu’elle...

يمكنكم الاطلاع على المقال المطلوب وأرشيف يصل إلى عشرة أعوام من "السفير" عبر تسجيل الدخول أو الانتساب الى أسرة "السفير"