En ces temps de ténèbres où les cœurs s’obscurcissent, vidés de toute compassion et de tout amour, où le feu qui consume les hommes à vif dévore aussi les livres saints, me revient le souvenir d’une époque heureuse ; j’entends le tramway et revois la Beyrouth d’autrefois, elle m’habite avec ses places, ses souks bruyants et animés, elle qu’on assassina...

يمكنكم الاطلاع على المقال المطلوب وأرشيف يصل إلى عشرة أعوام من "السفير" عبر تسجيل الدخول أو الانتساب الى أسرة "السفير"