J’attendais mon tour au contrôle des passeports à l’aéroport ; la personne devant moi, noire de peau, chichement habillée, probablement un travailleur émigré, hésitait à avancer vers le point de contrôle. « Monsieur, s’il vous plait » l’invitai-je en lui montrant le policier qui attendait. Aussitôt je fus foudroyée du regard par les dames de la « bonne »...

يمكنكم الاطلاع على المقال المطلوب وأرشيف يصل إلى عشرة أعوام من "السفير" عبر تسجيل الدخول أو الانتساب الى أسرة "السفير"